graphisme et taïchi

dimanche

17h

verger

pluie: salle d'exposition

Gwilherm Courbet

graphisme et taïchi

Dans le cadre des Ephémères Journées j’aimerais donner à voir un espace de rencontre entre art contemporain et arts martiaux.
Cet espace consacré prend la forme d’un DOJO (lieu où l’on étudie la voie). La séance de cours d’arts martiaux et d’initiation aux disciplines que je pratique et enseigne débutera, comme c’est le cas dans un cours traditionnel, par un MONDO d’une quinzaine de minutes environ.
Moment d’échange et de discussion autour de l’art entre l’enseignant (senseï) et les enseigné.es (renshi,
kohai), la discussion sera orientée autour de la porosité entre art et arts martiaux, illustrée par une oeuvre présentée au mur.
Puis s’en suivra une initiation aux arts martiaux à main nue et enfin une démonstration de iaïdo, l’art de dégainer le sabre.

Le DOJO est un lieu de création et de pratique autrefois fermé, secret, réservé à des hommes dûrement sélectionnés qui s’exerçaient à l’art de la guerre dans une ambiance recueillie et attentive.
En pénétrant dans un DOJO pour la première fois, les occidentaux sont souvent mal à l’aise, impressionnés. Ils pénètrent dans un espace volontairement structuré, organisé, où règne une atmosphère particulière.
En cela, je je trouve le dojo comparable à l’atelier d’artiste, cet espace intime de réflexion, de création dont l’accès est souvent limité.

MONDO est un terme japonais utilisé dans le bouddhisme zen ainsi que dans le bouddhisme chan.
Il signifie : question et réponse.
Il décrit les phases d’interrogation où le disciple questionne le maître sur des sujets religieux de tel ou tel domaine qui répond en évitant de recourir à des explications théoriques. Il est un temps d’échange entre les personnes présentes sur le tatami, où la parole est déliée et libre.
Il n’est en aucun cas un moment où le professeur étale sa connaissance mais l’échange fait évoluer l’ensemble du groupe.